Est-ce que l’AAH va augmenter en 2021 ?

L’augmentation de l’allocation pour adultes handicapés est entrée en vigueur le 1er avril 2021. L’AAH passe à 903,60 euros (contre 902,70€ précédents). L’article suivant a été mis à jour.

Conformément à la loi du 30 mai 1975, le handicap a été reconnu en France sur le plan juridique et social. Ainsi, deux bourses ont été créées, la bourse pour l’éducation spéciale (AES) remplacée par l’allocation pour l’éducation de l’enfant handicapé (AEEH), puis par l’AAH. En 2005, cette loi a été renforcée dans le contexte de l’égalité des droits des personnes handicapées.

A lire en complément : 5 raisons de faire appel à un expert-comptable

L’allocation pour adultes handicapés est une aide de la CAF (ou MSA) qui est accordée aux personnes de plus de 20 ans (sous certaines conditions à partir de 16 ans) pour garantir un revenu minimum. Au 1er avril 2021, le montant est fixé à 903,60 euros par mois si le demandeur ne dispose pas de ressources . Ce nombre diminue ensuite en fonction des ressources reçues.

Pour bénéficier de l’AAH, les conditions d’âge, de résidence, de taux d’invalidité reconnus par le CDAPH et les plafonds de ressources doivent être respectés. En outre, l’affectation n’est pas automatiquement accordée . Vous devez suivre une procédure spécifique. L’aide est versée au cours d’une période de temps limitée. Il est renouvelable.

A lire aussi : Quand faire le compte de résultat ?

Conditions d’octroi de l’allocation pour adultes handicapés

L’allocation d’invalidité a été créée pour garantir l’égalité des droits des personnes handicapées, ainsi qu’un revenu minimum. Pour en bénéficier, quatre critères doivent être remplis , à savoir l’âge, le lieu de résidence, le handicap et les plafonds de ressources.

Les conditions d’âge requises pour être admissible à l’AAH

Quel que soit l’âge de la personne handicapée, il est possible de recevoir une aide financière. Pour les enfants, il s’agit de l’AEEH (bourse d’études pour enfants handicapés). En ce qui concerne l’avantage pour handicap adulte (AAH), le bénéficiaire doit avoir :

  • Au moins 20 ans et moins de l’âge légal de départ à la retraite

Veuillez noter que cet âge peut être réduit à 16 ans si le demandeur n’est plus sous la responsabilité de ses parents aux fins de l’impôt.

Les critères de résidence de l’AAH

La deuxième condition qui doit être respectée est de résider en France de manière stable, quelle que soit la nationalité. Pour ce faire, le demandeur doit se trouver dans l’une des situations suivantes :

  • Être de nationalité française et résider en France
  • Ou être de nationalité européenne et résider en France
  • Ou être de nationalité étrangère et résider légalement en France (titulaire d’un permis de séjour) demande de renouvellement valide ou en cours)

Par conséquent, l’AAH n’est accessible qu’aux personnes résidant en France métropolitaine et dans les départements d’outre-mer (Guadeloupe, Martigne, Réunion, Guyane et Mayotte).

Reconnaissance du taux d’invalidité par le CDAPH

Le taux d’invalidité est déterminé par la CDAPH (Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées).

Il s’agit d’une commission indépendante qui fait partie du MDPH et qui est composée de membres du Conseil général, d’organisations sociales (CAF, CPAM…), d’organisations syndicales, de représentants de l’État (Agence régionale de santé,…), d’associations parents-étudiants, mais aussi des représentants de la personne handicapée et des membres du conseil consultatif département départemental des personnes handicapées. Le CDAPH a remplacé COTOREP en 2005.

Selon le degré d’incapacité, des conditions spécifiques doivent être remplies pour bénéficier de l’AAH :

  • ont un taux d’invalidité supérieur ou égal à 80 %
  • Ou avoir un taux d’incapacité compris entre 50 % et 79 %, à condition que le CDAPH rencontre une difficulté importante et durable (au moins un an à compter de la date de la demande) d’accès à l’emploi qui ne peut être compensée par des ajustements spécifiques

En dessous de 50 % du taux d’invalidité, l’AAH n’est pas accordé. 

Le plafond de l’AAH : les ressources ne doivent pas être dépassées par la composition de la famille

Pour bénéficier de l’aide d’adultes handicapés, le bénéficiaire ne doit pas dépasser les limites des revenus maximaux qui varient en fonction de la composition de la famille . Ce qui est pris en compte, ce sont les revenus imposables de l’année N-2 pour l’ensemble du ménage (ce sont les ressources annuelles 2019 de l’avis fiscal 2020 qui sont prises en compte pour une demande AAH en 2021).

Voici les toits AAH de 2021 :

Nombre d’enfants à charge Personne seule Personne qui vit en couple
0 10 843 euros 19 626 euros
1 16 265 euros 25 048 euros
2 21 686 euros 30 469 euros
3 27 108 euros 35 891
4 32 530 euros 41 313 euros
Par enfant supplémentaire 5 422 euros 5 422 euros

Montant AAH et durée du versement de l’aide aux adultes handicapés

Le montant total de l’AAH est de 903,60 euros en 2021. Depuis plusieurs années, l’aide est régulièrement améliorée. En fonction des autres ressources reçues en parallèle, le montant de l’AAH peut varier :

  • Le demandeur ne bénéficie d’aucun autre recours  : quel que soit le taux d’invalidité, le montant de l’AAH versé est de 903,60 euros.
  • Le demandeur reçoit une pension d’invalidité ou une rente (retraite, accident du travail) : Le montant de l’AAH est égal à la différence entre le service reçu et 903,60 euros. Découvrez les règles spéciales d’accumulation de AAH et de RSA
  • Le demandeur perçoit un revenu professionnels dans un service d’aide à l’établissement et au travail : Le montant sera calculé en fonction des revenus perçus (retrouvez les détails de l’accumulation de l’AAH avec un salaire).
  • Le demandeur perçoit un revenu professionnel dans un environnement ordinaire  : En cas de nouvelle activité, la personne handicapée peut accumuler pendant les 6 premiers mois AAH au taux plein revenu par activité. Après cette période, la CAF calcule les taux en tenant compte d’une partie des revenus tirés de l’activité.

Si le demandeur est hospitalisé ou logé dans un DAM (Specialized Reception Home), l’AAH est payé au plein tarif pendant les 60 premiers jours. Au-delà de cette période, le bénéficiaire reçoit 271,08 euros (baisse de 70 %). Une fois que le bénéficiaire n’est plus hospitalisé ou se trouve dans un institution spécialisée, le paiement de la totalité des frais est réaffecté. Veuillez noter que si la personne handicapée prend en charge le forfait hôpital (18 euros par jour), si elle est responsable d’au moins un enfant ou si la personne avec qui elle vit est reconnue inapte au travail par le CDAPH, la réduction AAH ne s’appliquera pas.

Selon le taux d’invalidité, l’aide est versée par les FAC ou la MSA pour une période limitée ou à vie :

  • Taux d’incapacité entre 50 % et 79 % : entre 1 an et 5 ans pour les personnes qui éprouvent des difficultés importantes et durables à accéder à l’emploi
  • Taux d’incapacité minimum de 80 % en cas d’incapacité non permanente : entre 1 an et 10
  • ans Taux d’invalidité minimum de 80 % en cas d’incapacité permanente* : Le paiement est effectué sans limitation de durée (durée de vie)

* Si le handicap du bénéficiaire ne présente pas de perspectives de développement favorables. N’oubliez pas non plus que si vous aidez une personne handicapée, vous pourriez bénéficier d’un congé pour soignant.

Point important : Les personnes handicapées qui gagnent un revenu professionnel AAH dans un cadre régulier doivent déclarer aux FAC tous les trois mois le revenu reçu par le biais de l’état des ressources trimestriel, tel que le RSA. Les revenus doivent être déclarés avant le PAS (impôt à la source). Si elle n’est pas effectuée à temps, les FAC versent 50% pour les deux premiers mois de retard, puis suspend les droits après 3 mois. Les aides versées pendant cette période peuvent faire l’objet d’une demande d’avance.

Demande AAH : Comment obtenir de l’aide ?

La demande d’allocation pour adultes handicapés est faite au MDPH (Departmental House of Persons with Disabilities) dont elle dépend. Retrouvez toutes les adresses des établissements présents en France sur ce lien.

Le dossier à renvoyer au MDPH doit contenir :

  • Le formulaire de demande AAH dûment rempli

Vous devez indiquer les informations personnelles (adresse, situation professionnelle, famille,…) mais également remplir une partie consacrée au projet de vie de la personne handicapée à étudier par la Commission. Pour vous aider à compléter le dossier, vous pouvez consulter l’avis explicatif ici. S’il vous plaît soyez dans compte que le fichier est commun pour une application AAH ou AEEH pour enfants

  • Certificat médical

Il est disponible en cliquant ici. Il doit être rempli par le médecin responsable du handicap du demandeur. Des documents supplémentaires (examens, rapports, etc.) peuvent être joints s’ils permettent de clarifier l’état de santé du patient. Consultez la brochure explicative pour plus de détails.

Le temps de traitement des fichiers AAH est relativement long . La durée moyenne est de 4 mois. Si après cette période, vous n’avez pas reçu de réponse, votre demande AAH sera considérée comme rejetée.

Renouvellement AAH : Comment obtenir de nouveaux droits ?

À la fin de vos droits, il est possible de continuer à recevoir l’aide. Dans ce cas, vous devez demander un renouvellement de l’AAH . Pour ce faire, vous devez répéter la même procédure que ci-dessus lors de la première demande.

Le renouvellement de l’AAH doit avoir lieu dans les 4 mois précédant la résiliation des droits (temps de traitement estimé des fichiers). Sachant que la validité du certificat médical est de 6 mois, un nouveau certificat sera requis pour l’examen de votre demande par le CDAPH.

Pouvons-nous recevoir un supplément en plus de l’AAH ?

En tant que bénéficiaire de l’aide pour adultes handicapés, il est possible de la combiner avec d’autres aides supplémentaires appelées suppléments AAH .

Voici les différents suppléments AAH possibles :

  • Ressources AAH supplémentaires

Il s’agit d’un assistance aux personnes handicapées dont l’accès au marché du travail est considéré comme très difficile (capacité de travail inférieure à 5 %).

  • Ou l’augmentation de la vie autonome (MVA)

Cette aide vise à couvrir les coûts encourus par le handicap pour les personnes vivant chez elles. Son montant est de 104,77 euros par mois. Retrouvez toutes les informations dont vous avez besoin sur cette page.

Veuillez noter que si vous êtes éligible aux 2 aides énumérées ci-dessus, vous devrez choisir le supplément AAH qui vous sera versé. Il n’est pas possible de bénéficier simultanément de l’AAH et des 2 suppléments, un seul peut être accordé.

Ce qu’il faut savoir sur AAH : chômage, SSA, prime de Noël,…

Les bénéficiaires de la subvention AAH peuvent bénéficier de différentes aides (ARE, RSA,…) en fonction de critères spécifiques. En revanche, ils sont exclus de certains avantages tels que la prime de Noël.

Ce qu’il faut savoir sur AAH :

  • Chômage cumulé et AAH

Le chômage cumulé de 2 (AAH ARE) ne doit pas dépasser certaines limites maximales. En fait, les FAC tiennent compte de l’AER collecté pour déterminer le montant de l’AAH. Veuillez noter que la personne handicapée doit être apte à travailler pour s’inscrire au centre d’emploi

  • AAH et RSA cumulés.

Dans ce cas, le montant RSA sera réduit du montant de l’AAH reçu

  • AAH et prime d’activité

Il est possible de bénéficier aux travailleurs handicapés. Pour tout savoir sur la prime d’activité (montant, demande, simulation,…).

  • Allocation pour adulte handicapé et prime de Noël

Une personne qui bénéficie de l’AAH ne peut pas recevoir la prime de Noël à la fin de l’année. En fait, le programme de réévaluation pluriannuel ne permet pas aux bénéficiaires de l’AAH d’être éligibles

  • AAH et SSA

Il faut savoir que l’allocation de solidarité spécifique (plus d’informations) est une aide réservée aux chômeurs qui ont épuisé leurs droits à l’ARE. Auparavant, il n’était pas pris en compte dans le calcul de l’AAH qui permettait de les accumuler (819 € 494,40 € au taux plein). Depuis le 1er janvier 2017, il est devenu impossible de combiner ASS et AAH . D’autre part, les personnes qui ont déjà reçu ces deux aides avant cette date pourront continuer à en bénéficier au cours des 10 prochaines années.

ARTICLES LIÉS