Comment sont calculés les 25 meilleures années ?

La retraite de base est l’une des composantes de la retraite. Même s’il est limité, puisqu’il est limité à 50 % du plafond de la sécurité sociale, il s’agit d’un élément stable que vous auriez tort de négliger. Multipliée par le nombre d’années de retraite, la retraite de base représente la plus grande capitale virtuelle de nombreux Français. C’est pourquoi il est important de veiller à ce que tous vos droits à pension soient pris en compte.

Il s’agit de la retraite de base des employés du régime général (CNAV) et des travailleurs de régimes similaires (RIS, MSA). Le calcul de la pension de base de ces régimes comporte trois composantes : le salaire annuel moyen (SAM), le taux de liquidation et la proratisation. La formule est la suivante :

A lire également : Quelle épargne pour les jeunes ?

  • Pension de base = salaire annuel moyen (SAM) * taux de règlement* proratisation (durée d’assurance souscrite ) /durée d’assurance requise pour le taux complet).

Salaire annuel moyen (SAM)

Le SAM est la moyenne des 25 meilleurs salaires bruts annuels réévalués, dans la limite du plafond annuel de la sécurité sociale pour l’année de retraite, soit en 2018 : 39 732 euros bruts. Les anciens salaires sont réévalués pour tenir compte de l’inflation avant d’être moyennés. Si vous avez travaillé moins de 25 ans, SAM est le salaire moyen de toutes vos années d’activité.

Veuillez noter qu’à quelques exceptions près, les périodes dites « assimilées » (chômage compensé et maladie) ne sont pas prises en compte dans le calcul de la valeur du SAM. En revanche, ils sont pris en compte pendant toute la durée de l’assurance (voir ci-dessous).

A voir aussi : Quelle Epargne à 35 ans ?

Taux de règlement

C’est ce qu’on appelle un « règlement » de la retraite lorsque vous réglez vos droits à pension et recevez votre pension en retour.

Le taux de versement de la pension à plein taux, sans escompte, est de 50 %. Si vous remplissez les conditions tarifaires plein, il touchera la moitié de son salaire moyen calculé pendant les 25 meilleures années, jusqu’à 50 % du plafond de la sécurité sociale.

Si vous n’avez pas enregistré le nombre de trimestres requis pour le taux plein, les frais de règlement seront réduits d’une réduction (voir l’article sur la réduction). La réduction peut réduire le taux de règlement et donc la pension, jusqu’à 25 %. Toutefois, si vous attendez 5 ans après l’âge minimum légal (entre 60 et 62 ans selon votre date de naissance), vous atteignez l’âge d’application automatique du taux plein, votre taux de versement ne sera pas soumis à réduction. Pour plus d’informations, voir « Comment l’escompte de pension de base est-il appliqué dans le régime général ?

» Si vous travaillez au-delà du nombre de trimestres requis pour le taux plein, le taux de règlement sera augmenté par un mécanisme d’augmentation. La vague n’est pas couverte.

Durée de l’assurance

Votre période d’assurance est comptée en trimestres. La durée d’assurance requise pour le plein tarif varie entre 160 et 172 trimestres selon votre date de naissance.

Les trimestres pris en compte pour la durée de l’assurance sont les suivants :

  • Quarters a travaillé et contribué.
  • Les quarts sont considérés comme des périodes de chômage, de congé de maternité, de maladie ou de service militaire. Si les trimestres cotisés et les trimestres équivalents se chevauchent, seuls quatre trimestres par an peuvent être validés.
  • Augmentation de la durée d’assurance pour des raisons familiales ou professionnelles qui sont additionnées, généralement au moment du règlement de la pension.

À mesure que la durée de l’assurance requise continue d’augmenter au fil des générations, il devient plus difficile d’atteindre la retraite complète. Pour plus d’informations, consultez la section « Comment obtenir un départ à la retraite de base du régime général à taux plein ?

» Proratisation (durée de l’assurance achetée/durée d’assurance requise pour le plein tarif).

Lorsque vous avez atteint la durée requise de l’assurance retraite à taux plein, la proratisation est de 100 %.

  • (Durée de l’assurance souscrite ou durée d’assurance requise pour le plein tarif = 100 %).

Si vous n’avez pas les trimestres nécessaires pour le plein taux, la proratisation réduira votre pension proportionnellement aux trimestres que vous avez enregistrés par rapport au nombre de trimestres requis pour le taux plein.

Exemple (simplifié) :

  • Pierre, né en 1952, a 66 ans et a validé 155 trimestres. Il dispose de 9 trimestres pour atteindre la durée requise de l’assurance retraite à taux plein, qui dans son cas est de 164 trimestres. Mais Pierre a atteint l’âge de l’annulation de la réduction, qui pour lui, c’est 65 et 8 mois. La retraite de Peter ne bénéficiera donc pas d’une réduction, mais seulement d’une proratisation de 155/164, soit 94,51 %. Par conséquent, votre rente sera réduite de 5,49 %

Depuis 1973, les régimes de pension de base des artisans et commerçants (RSI) et des employés agricoles (MSA) ont été assimilés parce qu’ils respectent les mêmes règles que les salariés du régime général (CNAV) pour le calcul de la pension de base (mais pas pour la retraite complémentaire).

Pour les personnes nées avant 1948, le salaire moyen était inférieur à 25 ans.

Le congé de maternité pris à partir de 2012 est pris en compte dans le calcul du SAM avec une augmentation de 1,25.

Un calcul exact doit tenir compte des dates exactes de naissance et du paiement des droits. C’est ce que fait le simulateur Demaretraite.fr.

ARTICLES LIÉS