Est-ce le moment d’investir dans le pétrole ?

Le monde moderne que nous connaissons aujourd’hui dépend largement de la quantité de pétrole extraite du sous-sol de la planète. Que ce soit pour le transport, l’agriculture ou l’industrie, l’humanité brûle près de 100 millions de barils de pétrole par jour, soit 15 milliards de litres !

À ce rythme, il est évident que le pétrole finira par s’épuiser et, comme on dit, ce qui est rare coûte cher … Êtes-vous prêt à saisir l’occasion ?

Lire également : Comment faire pour travailler à la Bourse ?

Les points clés

  • Le pétrole s’amincit et il deviendra de plus en plus difficile de l’extraire (et donc plus cher).
  • Le prix du pétrole est cyclique : les prix bas entraînent une réduction des investissements dans l’exploration et la production, ce qui entraîne une baisse de la production future et une hausse des prix.
  • Il existe différents produits financiers disponibles pour « acheter du pétrole » : actions, ETF, turbos et CFD.

Pénurie de pétrole et pic pétrolier

Pic pétrolier : la fin du pétrole arrivera bientôt ?

Le pétrole s’est formé dans le sous-sol de la Terre il y a plusieurs millions d’années. Par conséquent, à l’échelle humaine, le pétrole est une ressource limitée. Tôt ou tard, il n’y aura plus de pétrole sur Terre. Reste à savoir quand.

A découvrir également : Tout savoir sur les chandeliers dans le trading

Nous pouvons déjà constater que les découvertes de nouveaux gisements de pétrole conventionnel sont en chute libre depuis le début des années 1970. Par conséquent, la grande majorité des réserves mondiales sont déjà connues et les découvertes futures ne changeront pas la donne. Toutefois, ce sont les découvertes d’aujourd’hui qui assureront la production de demain.

Découvertes de pétrole au fil du temps. Sources : Énergie Rystad, Wood Mackenzie. Certaines régions les compagnies pétrolières sont déjà en déclin. C’est notamment le cas du pétrole de la mère du Nord (Brent), dont la production a atteint un sommet en 1999. À l’échelle mondiale, la plupart des analystes s’accordent à dire que la production de pétrole a atteint un plateau d’environ 100 millions de barils de pétrole par jour.

Les réserves de pétrole brut sont estimées à environ 2 milliards de barils, techniquement extractibles. Au rythme actuel, c’est suffisant pour les 55 prochaines années. Mais il serait trompeur de croire que les difficultés d’approvisionnement n’apparaîtront pas avant quelques décennies, que la production ne s’arrêtera pas brusquement dans 55 ans : un déclin progressif est inévitable.

En fait, ce niveau de production sera durable jusqu’en 2025 ou 2030, avant de diminuer en raison du manque de nouvelles ressources exploitables.

Le graphique suivant illustre le pic de pétrole à venir.

Pour amortir le à l’automne, il faudra également exploiter de plus en plus de sources d’hydrocarbures dits non conventionnels, dont l’extraction est plus coûteuse.

La fin du pétrole bon marché

À l’origine de l’industrie pétrolière, le pétrole était pompé dans des champs très généreux et peu profonds, pour dire les choses de façon imaginative, il « se penchait simplement pour collecter le pétrole ». Mais la fin des années 2000 a marqué un tournant dans l’histoire de l’industrie : l’ère du pétrole bon marché est derrière nous . Pour répondre à la demande croissante, il est désormais nécessaire de recourir à des huiles non conventionnelles.

Le développement du secteur américain du pétrole de schiste (ou plus précisément du pétrole) des gisements compacts) en est un exemple. La production de ce pétrole nécessite le forage de plus de 2 km de puits horizontaux. Ensuite, il est nécessaire d’injecter de l’eau sous haute pression pour fracturer la roche du réservoir et enfin pomper l’huile. La durée de vie d’un puits de pétrole compact est faible : entre 50 % et 75 % des réserves sont pompées au cours des deux premières années. Au total, près de 900 milliards de dollars d’investissements et 200 000 forages ont été nécessaires pour que la production américaine se redresse par rapport à 2010 après 40 ans de baisse. Aujourd’hui, le prix du baril nécessaire pour rentabiliser un nouveau puits dans les zones les plus favorables au pétrole de schiste américain est estimé à 50 dollars et à plus de 70 dollars pour les zones les moins rentables.

À l’avenir, d’autres huiles non conventionnelles devront être exploitées pour répondre à la demande future :

  • Les sables bitumineux du Canada, dont des millions de barils, sont déjà produits quotidiennement et dont le seuil de rentabilité est de l’ordre de 75 dollars le baril ;
  • Le pétrole extra-lourd du Venezuela, très visqueux et donc très difficile à extraire ;
  • Le pétrole de la zone arctique, dont les conditions extrêmes ne permettront pas une extraction à grande échelle avant que les prix ne reviennent à 100 dollars le baril.

Dans une configuration où le pétrole s’amincit, son extraction devient de plus en plus coûteuse. Cela ne manquera pas de se traduire par une hausse progressive des prix à court, moyen et long terme.

Quelles sont les perspectives de victoire sur le pétrole ?

La demande de pétrole augmente à moyen terme

Il existe d’innombrables utilisations du pétrole. Bien sûr, l’or noir est utilisé comme carburant pour la grande majorité des 1,4 milliard de voitures en circulation, mais il permet également de produire les engrais et pesticides nécessaires à l’agriculture moderne, les lubrifiants industriels, le bitume, les plastiques, le nylon, les additifs et bien d’autres. de produits de la vie quotidienne.

L’humanité dépend fortement du pétrole car il est difficile de le remplacer :

  • Il a une densité énergétique élevée ;
  • Il est liquide à température ambiante et donc facilement transportable (par exemple dans les tuyaux), contrairement au charbon ou au gaz ;
  • il est facilement stocké, contrairement à l’électricité.

Les pays en développement ont un besoin croissant de pétrole pour alimenter leur industrie et répondre à leurs nouveaux modes de vie. Quand un Chinois consomme en moyenne 3 barils de pétrole par an, un Français en consomme 8 et un Américain 22 ! Si l’humanité entière consommait autant de pétrole qu’un Français, il faudrait doubler la production de pétrole. En se limitant à la Chine et à l’Inde, il faudrait augmenter la production d’or noir de 45 %.

Consommation de pétrole par continent. Sources : BP. . Le graphique suivant montre l’évolution de la consommation de pétrole dans le monde

Comme nous l’avons vu, pour continuer à extraire de l’or noir, nous devons pomper du pétrole qui est de plus en plus difficile d’accès. Cependant, les investissements nécessaires pour y parvenir sont colossaux et risqués. Par exemple, en 2015, Shell a mis fin à un projet de plate-forme pétrolière en mer dans le nord de l’Alaska, après y avoir investi 7 milliards de dollars parce qu’elle n’y trouvait pas assez de pétrole.

Pour réaliser ces investissements, les bénéfices futurs doivent être justifiés et, par conséquent, le prix du pétrole doit être élevé. Par conséquent, l’exploration et la production pétrolières sont cycliques :

  • Lorsque les prix sont élevés, les compagnies pétrolières lancent de nombreux projets d’exploration et mettent en production de nouveaux puits ;
  • L’excédent d’or noir produit entraîne une baisse du prix du baril ;
  • la baisse des prix entraîne l’arrêt de nouveaux projets de production, qui sont devenus moins rentables ;
  • La production s’assèche, les puits plus anciens diminuant naturellement.
  • Le marché est à la hausse et les prix augmentent.

N’oubliez pas que ce cycle dure plusieurs années. À l’heure actuelle, avec les prix bas du Brent, la plupart des projets sont au point mort. Les compagnies pétrolières sont obligées de licencier et les petites entreprises font faillite. Cela se voit dans le nombre d’exercices effectués dans le monde.

Ainsi, entre 2011 et 2015, les prix étaient supérieurs à 100 dollars le baril. C’est dans ces conditions que le pétrole de schiste américain a pu se développer. En 2016, le prix du baril s’effondre à 30 dollars et les investissements sont réduits. En 2017, il en résulte une retour des prix à leur niveau d’équilibre, autour de 60$ jusqu’à la crise du covid. Plus le prix restera bas longtemps, plus la production future sera épuisée et plus la hausse des prix sera spectaculaire.

Prévision du prix du pétrole

Donnons un bref résumé de ce que nous avons détaillé ci-dessus :

    • le pétrole coûte de plus en plus cher à produire ;
    • la demande de pétrole est motivée par les besoins croissants des pays émergents ; la faiblesse des prix
    • résultant de la crise sanitaire entraînera une sous-production dans les années à venir.

Dans ces conditions, il est clair que les prix vont augmenter à moyen et long terme. Rystad Energy, consultant spécialisé dans l’énergie, a estimé en 2017 que l’exploitation de 40 % des réserves ne peut se faire à un prix inférieur à 80$.

Longue à terme, avec la pénurie de pétrole, les prix pourraient revenir à leur niveau du début des années 2000 autour de 100 dollars le baril, un prix qui sera nécessaire pour anticiper une nouvelle vague d’investissements à grande échelle. Retrouvez nos prévisions de prix du pétrole ici !

Par conséquent, en pariant sur l’augmentation du pétrole, il pourrait atteindre une plus-value potentielle d’environ 50 %.

Les 4 façons d’investir dans le pétrole

1. Achat d’actions de sociétés pétrolières

En achetant des actions comme Total, BP, Chevron ou ExxonMobil, vous investissez indirectement dans les cours du pétrole. En fait, l’activité principale de ces sociétés lors du négoce pétrolier, le prix de leurs actions est fortement corrélé à celui du pétrole.

Toutefois, la corrélation entre les prix des les cours des actions et du pétrole sont loin d’être parfaits. De nombreux autres facteurs influencent l’évolution du cours de l’action (le niveau d’endettement des entreprises, leurs réserves ou la partie du chiffre d’affaires liée aux activités liées à la production simple). De plus, ces entreprises ont tendance à diversifier leurs activités en investissant dans la production d’énergie renouvelable, qui détermine le cours du pétrole brut.

2. Investir dans le pétrole avec des ETF

Un ETF (Exchange Traded Fund) est un fonds d’investissement coté en bourse qui vise à reproduire un indice boursier. Tout comme il existe des ETF qui reproduisent le CAC 40, il existe des ETF qui reproduisent le cours de la bourse du pétrole de Brent ou du WTI. Nous parlons également de l’ETC (Exchange Traded Commodity).

Bien qu’imparfaite, la réplication des ETF est assez fidèle. C’est une solution très pratique pour les investisseurs à moyen terme, car vous pouvez conserver l’ETF aussi longtemps que vous le souhaitez et que les frais de gestion sont relativement bas. Attention, certains ETF ne reproduisent pas le prix de l’or noir mais celui d’un panier d’actions pétrolières : cela équivaut donc à acheter des actions.

3. Acheter des CFD sur le pétrole

Les CFD (contract for difference) sont des dérivés qui vous permettent de parier sur la différence entre le prix du pétrole lorsque vous achetez le CFD et le moment où vous le vendez. Vous pouvez également miser à la hausse ou à la baisse.

Les principaux avantages des CFD sont les suivants :

  • facilité d’utilisation ;
  • continu ;
  • effet de levier

Les inconvénients sont les suivants :

  • la différence entre le prix de vente et le prix d’achat, qui peut être importante. Il s’agit de frais cachés ;
  • si vous enregistrez le CFD pendant la nuit, c’est-à-dire pendant plusieurs jours, des frais vous seront facturés, qui varient selon la plateforme.

Les CFD sont principalement destinés à court ou moyen terme. Pour traiter les CFD, vous devrez ouvrir un compte dédié, avec une plateforme de trading (comparaison ici).

4. Acheter des turbos à l’huile

Un turbo est un produit dérivé dont le prix dépend d’un sous-jacent, dans notre cas, du pétrole. Ils sont plus difficiles à comprendre que les CFD. Les principales caractéristiques du turbo sont les suivantes :

  • La date limite : non est obligatoire, dans ce cas, nous parlons de turbos illimités.
  • Le prix de l’exercice est fixé à l’avance.
  • La relation

À la date d’échéance, vous recevrez la différence entre le prix du pétrole et le prix d’exercice, multipliée par le ratio :

(frais de cours — prix de l’exercice) *relation

Vous n’avez pas besoin de conserver le turbo jusqu’à son expiration, vous pouvez le revendre à tout moment. Attention cependant, si le prix du pétrole tombe en dessous du prix d’exercice, vous perdrez votre pari. Nous parlons d’une barrière de désactivation.

Les avantages des turbos pour investir dans le pétrole sont les suivants :

  • l’effet de levier qui varie en fonction du prix d’exercice et de la maturité ; le
  • prix du turbo est directement lié à celui du pétrole ;

En revanche, la barrière de désactivation représente un risque. supplémentaire. Nous vous conseillons donc d’acheter des turbos dont le prix d’exercice est bas et qui ne seront probablement jamais atteints ; de l’ordre de 35$ pour Brent.

Les meilleures plateformes pour investir dans le pétrole

Voici un tableau comparatif des plateformes boursières pour investir dans le pétrole. Vous trouverez notre comparaison complète ici.

eToro

Plateforme simple, idéale pour les débutants. Des prix attractifs !

  • Actions et ETF
  • CFD et Forex
  • Crypto-monnaies
  • 0 Commissions sur la sélection des titres

XTB

Plateforme avancée et sans commission pour les investisseurs actifs ou passifs.

  • Actions et ETF
  • CFD et Forex
  • Crypto-monnaies
  • 0 Commissions sur la sélection des titres
  • 0 tarifs de départ

Degiro

Des taux réduits avec l’option d’investissement la plus large du marché.

  • Actions et ETF
  • Turbos et Warrants UCITS
  • 0 frais sur la sélection des ETF
  • 0 frais de départ 0 frais pour garderie/inactivité

Degiro va investir dans le pétrole à moyen/long terme

Degiro, un courtier en valeurs mobilières complet qui investit dans le pétrole avec des ETF ou des Turbos. Degiro s’est imposé comme une plateforme de référence dans toute l’Europe depuis sa création en 2008. Degiro est donc une excellente plateforme pour investir dans le pétrole à moyen et long terme (et pour gérer votre compte titres en général). Vous trouverez notre revue détaillée de Degiro ici.

L’avantage de Degiro par rapport aux autres plateformes réside dans sa grande variété d’ETF pétroliers. De plus, mes commissions Degiro sont parmi les plus faibles du marché. Le courtier propose même une sélection d’ETF sans frais de courtage (sinon cela vous coûtera 2 € 0,02 % par transaction) Degiro donne également accès à une bonne gamme de turbos à tarifs réduits (1 € 0,04 % par transaction).

Investissez dans le pétrole avec eToro, grâce à un ETF et à un CFD. eToro est une plateforme de trading qui s’est fait connaître pour son trading social. Cela vous permet de suivre et de répliquer automatiquement les portefeuilles d’autres traders, professionnels ou amateurs.

Ce courtier ne propose qu’un seul ETF pétrolier (United States Oil Fund — USO). Mais il présente un gros avantage : il n’y a pas de frais de courtage sur eToro (sur les actions et les ETF).

eToro propose également des CFD sur le pétrole. Cela vous permet d’obtenir un effet multiplicateur allant jusqu’à x10. En revanche, avec les CFD, il y a des frais de courtage (0,069 % en achat et revente), ainsi que des commissions au jour le jour qui financent l’effet de levier. Chaque jour où vous conservez le CFD, vous payez 0,01027$.

Le dernier avantage d’eToro est la simplicité de sa plateforme, ce qui en fait le courtier de choix pour les investisseurs débutants.

XTB, pour une plateforme de trading avancée

CFD et ETF pétrolier avec XTB. XTB s’adresse davantage à un public expérimenté. Sur sa plateforme de trading avancée, ce courtier mais un ETF et un CFD sur le pétrole sont disponibles.

Comme eToro, l’achat et la revente de FNB sont gratuits. D’autre part, XTB se paie avec les CFD. Avec 0,063% des frais de courtage sur les CFD pétroliers, XTB est légèrement moins cher qu’eToro. Toutefois, la différence n’est pas très importante. C’est avant tout le confort de la plateforme qui doit vous guider.

ARTICLES LIÉS